Archives pour la catégorie Discplines

Descriptions des disciplines pratiquées au dojo Butokukan de Strasbourg

Jodo

Un peu d’histoire

Au 17ème siècle, un samouraï nommé Muso Gonnosuke Katsuyoshi voulut imaginer une arme plus efficace que le Katana, le fameux sabre japonais. Il réalisa que l’arme idéale n’était autre qu’un bâton plus long que le sabre, tout en restant assez court pour pouvoir en tenir une extrémité dans chaque main. Ainsi naquît le Jo, qui permit à Gonnosuke de tenir tête aux plus grands escrimeurs de son temps.
Le Jodo, ou art du bâton, est une discipline attrayante, qui exerce souplesse, précision et efficacité.

La pratique

Tout le monde peut pratiquer le Jodo à partir de 12 ans, hommes et femmes.
Complémentaire au Iaïdo il permet de travailler en conditions réelles en prenant conscience des notions de distance et d’adaptabilité au partenaire.
Une séance deJodo se compose de plusieurs parties:

  • l’échauffement,
  • le travail préparatoire aux kata appelé aussi kihon, exercés seuls au Jo (12 kihon)
  • les kihon à deux qui permettent de travailler davantage le réalisme des kata, exercés au Bokken et Jo
  • et les kata (12 kata).

A partir d’un certain niveau, l’école ancienne ou Koryu pratiquée est Shindo Muso Ryu.

Le matériel

La tenue est composée de:

  • une veste japonaise (keikogi),
  • une large ceinture (obi)
  • une jupe-culotte (hakama)
  • des chaussures pour entrer dans le dojo (zori)

La couleur du keikogi et du hakama doit être bleue.

Les armes sont :

  • un sabre en bois (bokken)
  • un bâton en bois (Jo)

Pour les débutants des vêtements amples, jogging ou kimonos de judo ou karate sont suffisants.
Jo et Bokken sont également à disposition des nouveaux pratiquants.

Publicités

Iaïdo

Un peu d’histoire

Durant près de 1000 ans, le sabre fut par excellence l’arme du Samouraï. Arme redoutable, dont les procédés de forge avaient atteint un haut niveau de perfection, le Katana ne donne cependant toute sa puissance qu’entre des mains expertes. Des gestes élémentaires, comme dégainer, couper ou rengainer le sabre furent épurés au fil du temps afin d’obtenir la plus grande efficacité.
Héritage des techniques de combat des samouraïs, le iaïdo, ou art du sabre, est aujourd’hui une école de maîtrise du geste et de concentration mentale.

La pratique

Tout le monde peut pratiquer le Iaïdo à partir de 12 ans, hommes et femmes.
Une séance de Iaïdo se compose de plusieurs parties:

  • l’échauffement,
  • le travail préparatoire aux kata appelé aussi kihon
  • les kata.

Le Sete-Iaï est composée de 12 kata, dont les 4 premiers s’effectuent à genoux. Cependant pour les personnes ayant des problèmes aux genoux il est possible de pratiquer ces kata debout en adaptant les déplacements.

A partir d’un certain niveau, l’école ancienne ou Koryu pratiquée est Muso Shinden Ryu.

Le matériel

La tenue est composée de:

  • une veste japonaise (keikogi),
  • une large ceinture (obi)
  • une jupe-culotte (hakama)
  • des chaussures pour entrer dans le dojo (zori)
  • des genouillères

La couleur du keikogi et du hakama doit être la même: blanche ou noire.

Les armes sont selon le niveau de pratique:

  • un sabre en bois (bokken)
  • un sabre non aiguisé (iaïto)
  • un sabre aiguisé (katana), toute personne souhaitant pratiquer avec cette arme doit en demander l’autorisation auprès du professeur

Pour les débutants des vêtements amples, jogging ou kimonos de judo ou karate sont suffisants ainsi qu’une ceinture.

Des Bokken sont également à disposition des nouveaux pratiquants.

 

 

Battodo

Un peu d’histoire

Le Battodo est la voie ou l’art de couper à l’aide d’un Katana. C’est l’aboutissement de toute technique au sabre.
La pratique consiste en un entraînement au sabre en bois (Bokken), puis d’exercices de coupes réelles permettant de tester la précision et l’efficacité, tout en gardant la pensée des Arts Martiaux. C’est pourquoi elle est un complément idéal à la pratique du Iaïdo.

La pratique

Il ne faut pas confondre, et c’est malheureusement trop souvent le cas, le BATTODO et le TAMESHI GIRI.
Ce dernier est une pratique de coupes faites pour tester les lames (tranchant du fil, solidité de la lame). Les postures et coupes sont donc différentes, et peuvent être réalisées sur divers matériaux (bottes de paille, bambous, casques en métal, voire cadavres et condamnés à mort en remontant plus le temps). Le résultat final n’était en fait que “la coupe pour la coupe”.
Le Battodo, quant à lui, est un Art Martial issu du Batto Jutsu, et il faut ici considérer que l’on se trouve face à un adversaire armé, de même niveau et de même hiérarchie. On y retrouve donc toutes les valeurs des autres arts martiaux, concentration, vigilance et esprit. C’est pourquoi nous étudierons des formes très codifiées, tant en Kihon qu’en Kata.
Les Kihon sont des travaux techniques préparatoires au Bokken que l’on effectue seul ou à 2. Les Kata, formes codifiées de combats imaginaires, sont tout d’abord pratiqués au Bokken avec partenaire, puis au sabre réel sur Makiwara représentant l’adversaire.
Notre Ecole d’appartenance est la TENSHIN RYU BATTODO, créée fin 60, début 70 par KATO Shinji Senseï, Hanshi 9 ème Dan.
Le directeur technique national et européen est aujourd’hui Jean-Pierre RENIEZ Senseï, Hanshi 8 ème Dan.
Pour compléter ces quelques informations, nous pouvons noter que le fondateur du Battodo moderne est NAKAMURA Taïsaburo Senseï, Hanshi 10 ème Dan, notamment fondateur des écoles NAKAMURA RYU BATTO JUTSU et TOYAMA RYU BATTO JUTSU.

Le matériel

La tenue est composée de:

  • une veste japonaise (keikogi),
  • une large ceinture (obi)
  • une jupe-culotte (hakama)
  • des chaussures pour entrer dans le dojo (zori)

La couleur du keikogi et du hakama doit être la même: blanche, noire ou bleue.

Les armes sont selon le niveau de pratique:

  • un sabre en bois (bokken), pour les débutants, et les travaux préparatoires
  • un sabre aiguisé (katana), pour les personnes possédant un niveau suffisant, jugé par le professeur (question de sécurité)

Pour les débutants des vêtements amples, jogging ou kimonos de judo ou karate sont suffisants ainsi qu’une ceinture.

Des Bokken sont également à disposition des nouveaux pratiquants.